Tuto 2 : le cunni en pleine conscience

Les cheveux en pétard après le cunni c’est bon signe en général

Puisque qu’une video toujours vaut mieux qu’un long discours, il y a une source d’inspiration inépuisable ici et (attention, liens NSFW)

Que voit-on sur ces vidéos pornos montrant des cunnilingus sur partenaire allongée – à plat ventre fesses en l’air – à califourchon sur le visage de l’autre?

Des gens HEUREUX de lécher une chatte. Iels n’ont pas l’air hésitant-e-s une seule minute, ni perplexes, ni soupçonneux-ses de leur capacité, voire de leur talent, à faire jouir leur partenaire grâce à leur langue (et à leurs doigts). Iels ont l’air même carrément CONTENT-E-S.

D’accord, il n’existe pas de recette magique, et c’est une grande perplexe de base face à cette pratique qui s’adresse à vous, mais s’il y a UNE règle d’or et de cyprine en la matière : pratiquer le cunnilingus seulement si l’envie, profonde, est là. Sinon, libre à vous de décliner, évidemment (de toutes façons, libre à vous for ever) ou bien de mentionner votre hésitation de base tant à cette pratique, votre envie d’être aiguillé-e, si tant est que votre partenaire est disposée à se transformer en prof (il y a quand même de la matière si vous voulez acquérir deux trois bases par vous même)

Parce que si on vous conseille souvent de communiquer, ce qu’on dit moins, c’est que nous les personnes munies d’une chatte, n’avons pas forcément envie de devenir pédagogues, de rentrer dans les explications fastidieuses au motif que vous avez eu la flemme de vous rencarder. On préfèrerait mordre dans l’oreiller plutôt que de nous transformer en GPS du cunni.

Mais n’empêche que sur ce point, n’ayez pas peur d’avoir l’air prétentieux-se : on vous pardonnera toutes les fautes de parcours pourvu que vous ayez l’air d’aimer donner du plaisir autant que d’en recevoir. Donc, on a le droit de se réjouir, de base, d’avoir la chance infinie de pouvoir toucher de la langue cette partie du corps, aussi molle et mouillée puisse-t-elle sembler, et on se rappelle que lécher une chatte n’est PAS une discipline olympique, mais bien une affaire de pleine conscience, de comment on habite cet instant là avec sa partenaire, de comment on se met au diapason du corps qui se cambre, qui réclame, qui repousse, qui jouit, qui en demande encore.

Youpi tralala

Pourquoi? Sans doute parce que le complexe sur la vulve – trop en dehors, trop grande, trop large, trop étroite, trop compliqué, trop steak de cheval, que sais-je – est assez partagé chez les personnes affublées de la dite vulve. Donc déjà, on se familiarise avec cette idée qu’il y a des vulves coquillages, des vulves papillons, des vulves timides, des vulves fières, des vulves multipares, des vulves choyées ou laissées pour compte depuis un moment, des vulves chatoyantes, des vulves rose beige comme les salles de bains à Leroy Merlin. Des vulves rompues à l’exercice et d’autres qui (re)découvrent. Des vulves militantes et d’autres interrogatives. Des sensibles, des expertes, des sportives. Des poilues comme des petits kiwis et d’autres en mode fruit du dragon. Si vous n’êtes pas familiarisé-e avec le panel d’offres possibles, des comptes instagram comme gangduclito ou mydearvagina peuvent constituer une intro intéressante. Il y aussi ce mignon podcast dans lequel un jeune homme de 25 ans, raconte son premier cunni totalement raté, et compare le sexe féminin à une chaise : « Une chaise à la base, tu te dis, c’est comme ça. Alors qu’en fait il y a tellement de design différents, ça mérite un musée de la chaise » (je retranscris de mémoire). C’est tellement ça.

Une fois ces principes posés, d’accord, mais comment faire?

Bah écoutez je crois qu’on est vraiment toutes différentes sur le propos, là dessus, on ne vous a pas menti. Tout de même, il semble exister deux trois consensus :

1° Si on veut mettre à l’aise sa partenaire, on ne lui propose pas direct un 69 de cow-boy, et on descend doucement jusqu’à la vulve en embrassant le ventre, les cuisses… La plupart des femmes préfèrent être confortablement allongées, mais bon, l’occasion se présente assez rarement sur une plage de galets de toutes façons. Des points bonus si vous manifestez votre envie irrépressible de donner du plaisir en vous râpant la langue sur le tissu de la culotte avant de la retirer.

2° On ne commence pas comme un-e gros- taré-e biberonné-e au porno capitaliste en y allant fort, genre en écartant tout de suite les lèvres pour atteindre le clitoris et le lapper avec des coups de langue ultra rapides – avec ça vous allez vous épuisez, et nombre de nanas ont besoin de temps pour se relâcher dans le plaisir . Donc on voit comment ça se passe, comment ça soupire là haut, en venant stimuler les petites lèvres par exemple, en faisant les fameux ronds avec la langue, et avec une écoute totale de comment réagit votre partenaire (par exemple, si elle vous donne des coups sur la tête = vous lui faites mal, elle vous caresse les cheveux = c’est mieux)

3° On établit un distinguo technique entre langue pointue, ciblée, précise, et langue plate, plus enveloppante.

La langue plate pour les nuls

Il y a celles qui préfèrent le direct et celles qui affectionnent la suggestion, être simplement effleurées. Selon les signes de la partenaire, on se câble sur l’une de ces techniques. Pour info, le petit capuchon sur le clito est déjà très sensible, donc ce n’est pas la peine de partir en spéléo . De même, il y a les moments où on aime que vous vous concentriez sur cette partie, et les moments où on se demande pourquoi vous ignorez à ce point ce qu’il y a autour, en dessous, au dessus.

4° La pleine conscience ce n’était pas une blague. Profitez de cet instant pour vous connecter au mantra de la chatte, pour vivre pleinement la connexion avec le plaisir de l’autre, pour vous immerger- littéralement, si tout se passe vraiment bien, vous aurez peut-être même besoin d’une serviette éponge.

4° Un mécanisme assez subtil s’établit dans l’oscillation entre la répétition d’un geste qui mène à l’extase et l’innovation, les essais nucléaires. Il faut savoir manier les deux. Jouer de la pénétration, éventuellement d’un toy (rappelez vous ces cours d’éducation physique en maternelle, quand vous vous tapiez sur la tête en faisant des cercles sur le ventre avec la main), tenter un peu de nouveauté. Cependant, si vous faites des ronds puis des carrés, si vous mettez trois doigts puis les enlevez brusquement, si vous y mettez le nez puis la tête, ça risque fort de déstabiliser votre partenaire. On répète le geste qui semble marcher, puis une fois la crampe installée et/ou l’orgasme visiblement atteint, là, on innove. On prend son temps quoi.

5° Car oui, les femmes ont souvent la chance de pouvoir cumuler les orgasmes. Donc ne vous arrêtez pas en si bon chemin, maintenant que tout le monde commence à bien s’amuser.

6° Et quand on en a marre ben on arrête. Tout simplement. Il reste toujours les doigts et les pieds. Ou alors vous pouvez décreter que c’est votre tour.

S’il te plait l’univers aide-moi à lâcher mon mental pour lécher une chatte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s